Nihon Ghetto

Un forum qui parle d'animation et de tas d'autres trucs
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga

Aller en bas 
AuteurMessage
Nemo
Super Saiyajin Unko
Super Saiyajin Unko
avatar

Nombre de messages : 2788
Date d'inscription : 29/12/2006
Age : 32
Localisation : DTC

MessageSujet: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Dim 9 Aoû - 1:29

Je copie colle un article de mon blog parce que ce manga m'a foutu sur le cul et qu'il mérite d'être lu par le plus grand nombre de personnes possibles. Onani Master Kurosawa est disponible en intégralité et en anglais ici : http://www.mangafox.com/manga/onani_master_kurosawa



Pour ceux qui connaissent la signification du mot « onanisme », le titre de ce manga peut faire peur, très peur. Et pourtant oui, Onani Master Kurosawa commence par une histoire de branleur, au sens littéral et cru du terme. Kurosawa est le nom de notre héros et il exécute quotidiennement un rituel des plus étranges. Tous les soirs, après les cours, il reste dans la bibliothèque à lire en attendant patiemment que tous les autres élèves soient partis. Puis il rejoint les toilettes des filles, celles du 3ème où il n’y a jamais personne, et il se branle purement et sauvagement en fantasmant sur sa « victime » du jour. Tout en prenant le soin ensuite de nettoyer toute trace de son « forfait ». Évidement, tout ceci n’est pas sans risque, car si la branlette est par définition une activité solitaire, Kurosawa ne va pas tarder à faire des rencontres imprévues.

Kurosawa, Kitahara, Nagaoka & les autres.




Imprévues, car Kurosawa est à l’image de son sport de prédilection : solitaire, un peu reclus, limite méprisant bref c’est quelqu’un de bien peu social. Pourtant il est sans cesse suivi par un drôle d’oiseau nommé Nagaoka, sorte de leader des otakus de sa classe, qui est amical avec plus ou moins tout le monde et s’accroche à Kurosawa même si celui ci ne lui rend pas grand chose en retour. Mais d’autres rencontres sont encore plus imprévues, pire redoutés.

Ainsi, un soir après avoir accompli son rituel, une des peurs de notre héros se réalise. Il a été surpris sortant des mauvaises toilettes par Kitahara, une fille timide , lui ressemblant un peu par son côté associable, et qui fait penser, selon Kurosawa , à un écureuil apeuré.

Toutefois Kurosawa ne tient pas vraiment compte des autres. Il rejette Nagaoka sans ménagement et se comporte avec lui de façon plutôt hypocrite. Sûr de sa supériorité, il raconte un bobard moyennement crédible à Kitahara pour se débarrasser du problème. Mais pour lui, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Kurosawa va passer dans la classe supérieure une fois les vacances terminées.




Il reste alors égal à lui même : impatient de retrouver son rituel, peu soucieux d’autre chose que de la « qualité de sa matière première » (les filles de sa classe) et prêt à continuer sans passion ni rêve sa vie scolaire. Cette année sera pourtant loin d’être ennuyeuse , notamment puisqu’il retrouvera Kitahara dans sa classe.

Kitahara est la tête de turc des filles de sa classe, son apparence et son attitude semble même faire penser qu’elle l’a été toute sa vie. On le sait, le harcèlement scolaire (ijime) prend des proportions importantes au Japon. Mais ce qui frappe chez Kitahara, c’est à la fois la continuité des attaques et son extrême niveau de résistance. Résistance qui consiste à supporter et au pire à plier au minimum. Intelligente et travailleuse, Kitahara est avant tout une boîte noire dont nul ne sait vraiment ce qu’il va sortir.

L’école de la vie

C’est d’ailleurs avec la véritable entrée en scène de ce personnage que le manga commence vraiment. Le rituel de Kurosawa ne devenant plus qu’un détail de l’histoire. Car ce que OMK raconte avant tout, ce sont les histoires de ses personnages principaux et , au second plan, de toute la classe de Kurosawa. En dire plus est tentant mais cela relèverait purement et simplement du spoiler et du véritable gâchis de la découverte et par conséquent, même si c’est un crève cœur, je m’abstiendrais donc.. Sachez cependant que la fin est courageuse et grandiose et que le scénario alterne avec une justesse de rythme qui impressionne les révélations et les moments plus introspectifs. Il faut d’ailleurs un certain temps pour voir où le scénariste veut nous emmener car même si Kurosawa reste le personnage principal, c’est lui que l’on suit et il est narrateur, OMK traite avant tout de l’adolescence, thème finalement peu traité en profondeur dans une production manga qui n’a pourtant que trop de héros adolescents.





C’est là que se trouve le véritable fil rouge de l’histoire. Le rituel de Kurosawa n’est finalement qu’un exemple des nombreux problèmes qui peuvent arriver lors de cette période de la vie. Et pour une fois , un manga a décidé que l’adolescent n’était pas juste un héros qui vit une période cool de sa vie mais un être humain traversé par un torrent d’interrogations et de réponses contradictoires et souvent fausses sur beaucoup de sujets et particulièrement sur ses liaisons avec les autres. C’est un véritable contre pied fait à la plupart des scénarios de la production manga qui parle beaucoup trop peu et trop rarement de ces aspects là de ses héros. Mais il est vrai que c’est un pari sacrément casse gueule si l’on veut que ça marche.

Là, le pari est toutefois relevé avec brio par OMK car le scénario arrive à la fois à trouver les bonnes questions (celles qu’on c’est tous plus ou moins posées) et à mettre en scène les mauvaises réponses (celles qu’on a tous plus ou moins trouvées). Les personnages prennent alors une profondeur impressionnante dans une histoire qui permet au scénariste et au mangaka de briller dans l’art pour le premier de la nuance et pour le second de la mise en scène. C’est d’ailleurs un autre point fort de OMK qui arrive à mettre en forme de façon originale son histoire. Si la mise en page est somme toute assez académique, elle n’en est pas moins réussie et est renforcée par le style originale du dessin, sorte de mélange entre un cahier de brouillon et un manga finalisé.

Pour l’amour de Dieu, lisez le !




OMK est un manga puissant, très puissant. C’est une œuvre unique, intelligente, originale et d’une justesse absolue en dehors de ses quelques tentatives d’humours rarement bien placés. C’est aussi et surtout une œuvre profondément vivante tout comme le sont ses personnages et , à ce point de la critique, autant vous l’avouer OMK m’a secoué comme rarement manga l’avait fait avant. Après lecture, il m’a bien fallu quelques heures pour me « remettre » de ce véritable coup de poing dans le ventre et je n’aurais pas assez de mot pour décrire combien j’adule ce manga.

Pourquoi ? Parce que tout y est quasiment parfait. Parce que ces personnages sont 1000 fois plus vivants que bon nombre d’autres héros. Les héros de OMK sont troublants de vérité tandis que l’histoire est aussi injuste et belle qu’est la vie et croyez moi ça ça change tout.

Et vous savez ce qui m’a vraiment foutu sur le cul ? Scénarisé par Ise Katsura et dessiné par Yoko, cet OMK qui fout une claque gigantesque à une bonne partie de la production actuelle est un manga amateur qui ne sera probablement jamais édité et qui, sans l’existence d’Internet, serait de façon quasi certaine tombé dans l’oubli. A ce niveau là, on peut presque parler de miracle.

Un chef d’oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemotaku.info
pistolero
Saint Unko
Saint Unko
avatar

Nombre de messages : 688
Date d'inscription : 12/04/2007
Age : 32
Localisation : Hong Kong

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Dim 9 Aoû - 9:48

Et ben, ça m'a mis l'eau à la bouche tout ça! dès que j'aurai fini de le lire, je posterai ma propre critique, et si c'est aussi exceptionnel que tu le dis, j'en parlerai à mes amis otak (façon de parler)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tengu
Saikyo Unko
Saikyo Unko
avatar

Nombre de messages : 371
Date d'inscription : 14/12/2006
Age : 98
Localisation : hum, here....d'ho

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Dim 9 Aoû - 12:52

pareillement au début je me disais bof bof et au fur à mesure que je lisais ton résumé j'ai changé d'avis

très bonne plaidoirie Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegfried
Dark Knight
avatar

Nombre de messages : 4643
Date d'inscription : 06/12/2006
Age : 34
Localisation : Sanctuary

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Dim 9 Aoû - 17:02

Je me suis senti comme chez un vendeur de tapis à Meknes (et j'ai deja été chez un vendeur de tapis à Meknes). Impossible de repartir sans acheter le truc.

T'as intérêt à ce que ce soit bien.

_________________

"-Ushiko-san! Pourquoi es-tu Ushiko-san ?
-Umao-san! Pourquoi es-tu Umao-san ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Super Saiyajin Unko
Super Saiyajin Unko
avatar

Nombre de messages : 2788
Date d'inscription : 29/12/2006
Age : 32
Localisation : DTC

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Dim 9 Aoû - 18:16

C'te pression d'un coup là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemotaku.info
Siegfried
Dark Knight
avatar

Nombre de messages : 4643
Date d'inscription : 06/12/2006
Age : 34
Localisation : Sanctuary

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Mar 11 Aoû - 3:30

Bon terminé et digéré, je vais pouvoir en parler.

Ben c'est vachement bien ! Scénario ok, dessin ok, rythme ok. C'est maitrisé de bout en bout comme si c'était un vieux de la vieille genre Adachi aux commandes (sauf qu' Adachi aurait remplacé la masturbation par le baseball). Les personnages principaux sont relativement atypiques et ont tous un semblant d'évolution, crédible ou non (ça reste un manga). Honnêtement en lisant les premières planches j'ai eu légèrement peur. Le début fait très "je suis le kira de la branlette" (le héros ne peut cacher une certaine ressemblance physique avec Yagami et certaines cases sont carrément pompées), à élaborer des plans et des scénarios machiavéliques pour assouvir ses ptits penchants, puis plus tard ses "..." (je ne spoile pas). On peut se dire qu'on est devant le énième truc qui parle de la solitude face au monde, des ijime et mes couilles mickey. Cependant, le traitement est suffisamment fin et souple pour que ça passe comme une lettre à la poste. C'est franchement bien écrit, les dialogues sont plutôt crédibles, les sentiments décrits aussi, les cheminements de pensée etc. S'ajoute à ça quelques moments bien gorets comme il faut, juste assez pour te donner un petit arrière goût de vomi au moment de la lecture.

Je mettrai quand même quelques bémols: déjà, le héros est trop beau. Il est intelligent, relativement drôle. A partir de là, on ne comprend pas bien pourquoi il se contente de se soulager tout seul. Même s'il annonce lui-même être quelconque, c'est quand même pas mal contredit par le trait. Ensuite, le scénario, aussi original et audacieux qu'il soit, utilise quand même des trucs gros comme des maisons. Ou alors j'ai lu trop de trucs et je suis blasé mais le coup de la rencontre à la bibliothèque, c'est cheap, celui du voyage scolaire c'est ULTRA cheap... mais ceci dit ça fait partie des codes du genre, et les auteurs ont le bon goût de ne pas nous offrir ce qu'on y attend. Le personnage de Nagaoka, ce qu'il accomplit à la fin est franchement invraissemblable, de même que pour Takagawa (c'est ce qui m'a le plus choqué, mais je pardonne à un scénariste qui écrit sur la branlette de ne pas savoir ce qui se passe dans la tête d'une fille), ou encore la manière dont Kurosawa décide de changer de vie. Et j'oubliais la fin, où on a vaguement l'impression qu'on se fout (un tout petit peu) de ta gueule. Mais ils nous ont évité un méga happy end, c'est déjà ça.

Mais franchement ça reste des cacahuètes par rapport à la qualité globale du truc, bien meilleur que la plupart des manga qu'on pourra lire ailleurs.

_________________

"-Ushiko-san! Pourquoi es-tu Ushiko-san ?
-Umao-san! Pourquoi es-tu Umao-san ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zanusa
Intercontinental Unko
Intercontinental Unko
avatar

Nombre de messages : 2468
Date d'inscription : 10/12/2006
Age : 31
Localisation : à heian !! à toi de trouver où cela se situe ...

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Mar 11 Aoû - 3:36

hum ca m'a l'air sympa , a priori ca a l'air de ressembler a du katsura donc j'espère ne pas être déçu par rapport a cela car comme tu dis des truc sur le sujet y en a effectivement la masse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegfried
Dark Knight
avatar

Nombre de messages : 4643
Date d'inscription : 06/12/2006
Age : 34
Localisation : Sanctuary

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Mar 11 Aoû - 16:31

Euh non c'est assez loin de Katsura quand même... enfin à part le fait que ça parle des sentiments entre les filles et les garçons à l'école, le ton est résolument différent. Après ya des similitudes, évidemment, mais bon.

_________________

"-Ushiko-san! Pourquoi es-tu Ushiko-san ?
-Umao-san! Pourquoi es-tu Umao-san ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zanusa
Intercontinental Unko
Intercontinental Unko
avatar

Nombre de messages : 2468
Date d'inscription : 10/12/2006
Age : 31
Localisation : à heian !! à toi de trouver où cela se situe ...

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Mar 11 Aoû - 19:13

ok c'est bon a savoir Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pistolero
Saint Unko
Saint Unko
avatar

Nombre de messages : 688
Date d'inscription : 12/04/2007
Age : 32
Localisation : Hong Kong

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Ven 14 Aoû - 0:30

J'ai enfin fini de tout lire! c'était beaucoup plus long que je l'imaginais, pour seulement 4 tomes... verdict: c'était énorme! tout n'est pas parfait, certe, mais la qualité global de l'oeuvre éclipse ses défauts mineurs...

Pour commencer, c'était osé de prendre comme sujet la masturbation. Mais sous ce motif vulgaire et de mauvais gout se cache une vrai reflexion sur les relations entre camarades de classe, sur la signfication de la vie, et sur pleins d'autres questions que peuvent se poser les jeunes de leurs ages. C'est vraiment passionnant de bout en bout, et malgré les agissements odieux du héro (qui est le narrateur de l'histoire), on ne peux s'empecher de s'attacher à lui, et je dirais même que grâce au traitement très réussi des sentiments, on vie autant que lui sa tristesse, sa haine, sa joie, sa désillusion, ses sentiments, et on comprend très bien pourquoi il agit ainsi, car sa façon de pensé dépeint peu à peu sur nous, et c'est là ou c'est dur, car comme lui, on sait que la voie où il s'engage est  inadmissible, et vicieux en plus, car il n'y aura pas de retour en arrière possible... c'est à mon avis la clé de la réussite de cette oeuvre. Le fait qu'on suive les faits, les gestes, les dialogues, les pensées, les raisonnements du héro, fait qu'on ressent un réel intêret pour lui, comme si ses secrets inavouables partagés entre lui et nous créaient un lien intime et puissant nous unissant. C'est ce qui rend le récit aussi passionnant. Bien sur le scénario est très bon, et la mise en scène est classique mais efficace. Les dessins n'ont rien d'exceptionnel, mais desservent très bien l'atmosphere de l'oeuvre. Plus on avance dans l'oeuvre, et plus on ressent un malaise, doublé d'une tension, qui devient presque palpable à certains moments. Aprés c'est le soulagement... ou presque Very Happy , puis l'accalmie. La fin est un peu tiré par les cheveux, mais reste tout aussi interessante à suive que le reste de l'oeuvre (malgré la baisse de tension et de rythme). La conclusion a le mérite de ne pas laisser de questions sans réponses... le manga se veut réaliste dans le traitement des relations entre les personnages. Et c'est dans l'enssemble réussi, à part, comme l'a souligné Sieg, quelques cocquilles... malgré la profondeur et la portée de l'histoire, cela reste un manga cru, vulgaire, avec des scènes trash, qui frollent parfois le hentai, mais sans y tomber. Ces scènes ne sont de toute façon pas gratuites, et sont indispensable au récit. Le public visé est facilement identifiable. En effet, cette oeuvre s'adresse essentiellement aux otakus, geeks, les nolifes quoi, et plus généralement les introverties. On peut bien sur la lire sans en faire partie, mais la portée du message ne sera pas aussi grande. De plus, les non familiarisés au genre trouveront le manga surement très choquant. Donc à ne pas mettre entre toute les mains, c'est sur Very Happy . A noter qu'il y a quelques références à des mangas récent tel que La mélancolie de Suzumiya Haruhi et Death Note. A noter aussi que j'ai bien aimé le coté cynique du héro.

En conclusion, un manga dur, obsène, provoquant, qui te prend aux tripes, qui te pèse dans la poitrine, qui met à rude épreuve ta conscience, et qui te passionne de par ses personnages déroutants, et son histoire trash à souhait. Tout y est rudement bien mené. Merci à toi Nemo pour nous avoir fait découvrir cette magnifique oeuvre atypique! d'ailleur, il me semble qu'il y a un gros buzz sur le net autour de cette série en ce moment dans la communauté francophone et anglophone. 

Par contre, je ne suis pas totallement d'accord avec toi Sieg, concernant l'invraissamblance des comportements de Nagaoka et Takagawa à la fin. Il est normal qu'un personnage gentil comme Nagaoka fini par avoir pitié de lui, de plus il a toujours eu un bon feeling envers lui. Concernant Takagawa, elle avait une relation privilégié avec lui, de plus, comme Nagaoka, elle a été touché par son acte courageux. Il est vraix que ça arrive un peu vite, même beaucoup trop vite, mais avec le temps, les coeurs s'appaisent, et elles auraient fini par faire ce qu'elle à fait... à mon avis, c'est pas complètement surréaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Super Saiyajin Unko
Super Saiyajin Unko
avatar

Nombre de messages : 2788
Date d'inscription : 29/12/2006
Age : 32
Localisation : DTC

MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   Ven 14 Aoû - 19:56

Content que ça vous ait plu ! Faites passer le message ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemotaku.info
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga   

Revenir en haut Aller en bas
 
Onani Master Kurosawa. Pour l’amour de Dieu, lisez ce manga
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour l'amour du maillot bleu !
» [Stop-motion] Bionicle Echoes of Agora.
» Recueil de prières aristotéliciennes
» Joyeux Anniversaire Nassim ?
» Variantes 3 joueurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nihon Ghetto :: Japanime et Manga :: Manga-
Sauter vers: