Nihon Ghetto

Un forum qui parle d'animation et de tas d'autres trucs
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La vengeance est un livre qui se dévore froidement

Aller en bas 
AuteurMessage
perfectman3
O Unko san
O Unko san
avatar

Nombre de messages : 933
Date d'inscription : 30/12/2006
Age : 30
Localisation : Auprès de ton absence...

MessageSujet: La vengeance est un livre qui se dévore froidement   Sam 31 Mar - 20:10

Dan n’a jamais vraiment eu de chance… Né sous X, il a été recueilli par une nonne qui l’a emmené au couvent où elle résidait. Plutôt qu’un couvent, ce devait être l’antichambre de l’enfer, car ces femmes perverses au service de Dieu l’ont abusé sexuellement pendant les douze premières années de sa vie, le gardant au secret dans les bas fonds d’une église romane.

Quand enfin après toutes ces années de souffrance il intègre le collège, il souffre d’épilepsie et de surcroît des brimades de ses camarades de classe. Dan connaîtra la faiblesse et l’humiliation pendant toute son adolescence et une bonne partie de ses études.
Le drame se produit alors qu’il passe tout juste le cap de ses vingt-deux ans. Pris d’un accès de folie que les plus grands experts en psychanalyse ne se résolvent pas à expliquer, il tue la jeune Marie Holster, quatorze ans, près du domicile parental, alors que la fillette sort avec son basset. La police qualifie le meurtre d’effroyable et barbare. Dan écope de trois ans de prison ferme grâce à un avocat émérite, mais ce temps lui suffit à subir encore et toujours plus de violence de la part de ses compagnons de cellule.

Alors qu’il a réussi une brillante insertion dans le monde professionnel après sa période d’incarcération, le sort frappe de nouveau un grand coup. Anna Mort, femme de Dan depuis deux ans, est enlevée par une bande de jeunes sadiques. On la retrouvera six jours plus tard près d’une écluse, et l’autopsie révélera une importante quantité de liquide vaisselle présente dans son estomac. Dan a alors vingt-huit ans…

On n’arrête pas une série si bien propulsée. Cinq ans plus tard, lors d’une randonnée en montagne avec plusieurs amis, Dan fait une chute. Il redescendra du Val des Estropiés (qui porte magnifiquement son nom) avec la moelle épinière sectionnée juste au-dessus du coccyx.
Ca ne semble plus vouloir s’arrêter… Un an plus tard, alors âgé de trente-quatre ans, Dan est inculpé pour le meurtre d’une aide soignante et d’un patient dans le centre pour handicapés moteur dans lequel il a été admis après sa paraplégie inférieure. Une contre-enquête révélera que c’est en fait l’infirmière qui a égorgé le malheureux, juste avant de se donner la mort en s’injectant une quantité mortelle de morphine par intraveineuse.

Dan se repose maintenant. Il se demande, faisant le bilan de sa vie tortueuse et cruelle, pourquoi ? Parce qu’il en faut peut-être… Il faut de tout pour faire un monde.
En toute honnêteté cependant, Romain n’est pas étranger aux déboires de Dan et à ses incessantes tribulations. C’est bien connu, d’aucuns vous le diront ; Romain aime faire souffrir Dan. C’est son anti-stress ; une excellente façon de reporter les fardeaux qu’il supportait, tout en pouvant se féliciter des conséquences.
Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ca n’a jamais été aussi authentique. La période la plus « marrante », selon les dires de Romain, c’est quand il a initié Dan à l’art de l’automutilation. Romain définissait les limites ; Dan les franchissait. Dan souffrait ; Romain avait le sourire torve et sadique.

Oui mais voilà, cela fait un temps maintenant que Romain et Dan se connaissent. Vingt-cinq ans plus précisément. Presque quinquagénaire, Romain se lasse de Dan. Il n’est plus qu’un amuse-gueule, une simple distraction, mais qui n’apporte plus aucune satisfaction.
Romain est sur le point de tourner la page, et il l’a laissé dans son fauteuil roulant déambuler comme bon lui semble dans son centre spécialisé.
Oh, bien sûr, il ne lui fera pas ses adieux sans quelques facéties avant la tombée de rideau. Il a tenté plusieurs fois de pousser Dan au suicide, histoire de voir jusqu’où il est vraiment capable d’aller. Mais les tentatives furent aussi nombreuses qu’infructueuses, car en fin de compte, c’était tellement plus jouissif de voir Dan crever à petit feu dans son centre.
L’autre centre d’intérêt dans la vie de Romain, c’est Carla, sa femme, de dix ans sa cadette. Une jolie femme aux cheveux noirs de geai et aux yeux verts. L’amour qu’ils développent est réciproque, mais Carla ne cesse d’émettre quantités d’objurgations sur le comportement de son mari : il fume énormément.

Cette saloperie va finir par te tuer, tu pourrais attraper un cancer de la gorge, chéri…Tous les jours c’est la même rengaine. Et puis un cancer on ne l’attrape pas, c’est lui qui nous tombe dessus.
Depuis le temps que Carla lui bourre le mou avec ça, Romain est ravi : Dan remplit à merveille son rôle de substitut. Dan a un cancer de la gorge. Bien, très bien…

Quelque chose cloche néanmoins. Cela fait dix jours que Romain se réveille complètement trempé de sueur toutes les nuits après un cauchemar qui se répète au plan près. Dan est dedans, et il s’avance petit à petit avec son fauteuil roulant. Les roues grincent et il regarde Romain dans les yeux, avec une expression meurtrière. Et puis Dan beugle un cri à tout rompre, les vitres du centre se brisent, et Carla passe un gant humide sur le front suant de son époux.
Merde, Dan, tu fais chier ! Au moment où Romain veut mettre fin à cette singulière amitié, voilà que cette énergumène refait surface… dans sa tête !
Et puis ce bouquin qu’il n’arrive pas à boucler… La peur de la page blanche, alimentée tant et plus par ces nuits tourmentées qui lui siphonnent son inspiration. Impossible à finir… à moins que…

Eurêka ! Il suffit d’un peu de nouveauté. Alors Romain se met doucement à écrire, porté par ses envies.
Dan avait eu le temps de concevoir un fils avec Anna avant que celle-ci ne bouffe les pissenlits par la racine. Un petit garçon nommé Jordan. Romain l’avait complètement mis à l’écart, pourtant c’était dans le tome deux. De petits complots en grandes entreprises donc, le nouveau leitmotiv de Romain se dévoile donc comme étant la persécution de Jordan. Tel père tel fils. ‘Faudra tout de même pas passer un quart de siècle là-dessus. Qu’importe, la drogue fera merveilleusement l’affaire.
Romain est fier de vous présenter Jordan, toxicomane lunatique et violent.

Le tome six avance, ce sera le dernier sans aucun doute. Mais les cauchemars persistent… Et il y a cette brûlure de cigarette sur la paume gauche de Romain à son réveil ce matin. Bizarre quand même, c’est la première fois qu’il s’endort une clope à la main… Bah, avec toutes ces insomnies…
Ca ne justifie tout de même pas la fourchette qu’il retrouve plantée dans son avant-bras le lendemain… Et cette dent mystérieusement tombée qui a failli l’étouffer la veille. Je suis dingue à ce point ? ‘Faut que je pionce…
Dubitatif le Romain.

Bon, ce soir, on boucle le tome six et on envoie le roman intégral à l’éditeur. Les doigts flottent au-dessus de la machine à écrire, et ça tape ça tape. Nouveau moment d’hésitation. Soudain les mains se font lourdes comme si on avait attaché un poids à chaque extrémité. Allez, Romain s’octroie une petite pause bien méritée…
Narcoleptique maintenant ?
« Eh ben alors Romain, on dort ? »
Hein ? Etrange tout ça, Carla ne veille jamais tard dans la nuit surtout les nuits d’écriture. Et depuis quand elle a une voix aussi grave ?
« Ben alors Romain, les bras t’en tombent ? Ahaha ! »
Merde, ces roues qui crissent…
« Te pince pas vieux, tu dors pas encore tout à fait…
-… Dan ? C’est toi ?
-Peut-être que oui, peut-être que non. Ca n’avance pas hein ? Dur dur pour un écrivain si talentueux de se retrouver au pied du mur sans baudrier…
-Ta gueule ! »
Ne pas crier trop fort… veux pas réveiller Carla. Mais où est cet enfoiré ?
« Je te sens tendu Romain. On joue ?
-Non ! On ne joue pas ! Casse-toi !
-C’est pas gentil d’envoyer balader un vieux copain… »
Dan aimerait bien jouer au rasoir mortel. Le premier qui arrive à graver une étoile à cinq branches dans son bras a gagné. Quelle chance ! L’infirmière a oublié la vieille lame rouillée près du lavabo.
« Sors de ma tête Dan ! T’as pas le droit, JE t’ai créé !
-Ah ? T’en es sûr ? »
Dan jauge le fil coupant du couteau en passant son doigt. Une goutte de sang perle.
« Allez, quoi, Romain, je t’ai jamais dit non moi… »
Dan prend sa lame, et Romain s’entaille doucement les chairs… Ca fait mal, il va sans doute pleurer…
« Arrête ton délire… Arrête Danny !
-Mon délire ? Les larmes de la petite Marie m’ont pas arrêté pendant que je regardais son clébard lui bouffer les tripes ! Tu veux que j’arrête ? Tu m’as laissé le choix ? »

Dan devient écarlate et il crie comme on gronde un enfant. L’étoile saigne.
« C’est cool Romain t’as gagné. Je suis fier de toi. Mais j’ai mis moins de temps que toi pour me lasser. Je suis désolé. »
Tiens, mais c’est la cuisine ici ! Qu’est-ce que je fous là ? J’ai mis du sang partout, Carla va me tuer…
Que fait donc Dan avec ce grand éclat de miroir ?...

Les funérailles avaient été somptueuses et très longues. Ca avait laissé du temps à Carla pour se demander pourquoi son idiot de mari s’était embroché avec un couteau à pain dans la cuisine… Enfin… Elle était absolument inconsolable.
Après l’enterrement, Dan s’était joint aux autres convives pour le banquet funèbre. Il était ravi car on l’avait placé en face d’une jolie femme qui lui rappelait beaucoup Anna.
"C’était un bon copain… et avec une sacrée plume, dit Dan avec tristesse.
-Ses œuvres seront sûrement publiées à titre posthume, c’est ce qu’il aurait voulu je crois…
-Je suis sûr que ça va faire un carton !
-Puissiez-vous avoir raison", dit la femme aux cheveux noirs de geai et aux yeux verts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roxnin
Super Saiyajin Unko
Super Saiyajin Unko
avatar

Nombre de messages : 2984
Date d'inscription : 15/12/2006
Age : 32
Localisation : Quelque part...

MessageSujet: Re: La vengeance est un livre qui se dévore froidement   Sam 31 Mar - 20:36

C'est assez morbide tout ça, mais çase lit facilement et c'est bien écrit.

Juste un truc, il y a une raison précise que le deuxième personnage s'appelle Romain ?


Dernière édition par le Sam 31 Mar - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jpoptrash.nihon-fr.com
perfectman3
O Unko san
O Unko san
avatar

Nombre de messages : 933
Date d'inscription : 30/12/2006
Age : 30
Localisation : Auprès de ton absence...

MessageSujet: Re: La vengeance est un livre qui se dévore froidement   Sam 31 Mar - 20:43

Oui il y en a une. Tout simplement le fait que je voulais m'impliquer dans l'histoire, parce que j'aime faire souffrir les personnages de mes récits Twisted Evil mais je ne voulais pas traiter le sujet avec le ton personnel et son "je" alors j'ai choisi d'appeler le "héros" par mon prénom! ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegfried
Dark Knight
avatar

Nombre de messages : 4643
Date d'inscription : 06/12/2006
Age : 33
Localisation : Sanctuary

MessageSujet: Re: La vengeance est un livre qui se dévore froidement   Dim 1 Avr - 2:14

Je lirai demain, si j'ai pas trop de courrebatures. Même si ca s'écrit autrement.

_________________

"-Ushiko-san! Pourquoi es-tu Ushiko-san ?
-Umao-san! Pourquoi es-tu Umao-san ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegfried
Dark Knight
avatar

Nombre de messages : 4643
Date d'inscription : 06/12/2006
Age : 33
Localisation : Sanctuary

MessageSujet: Re: La vengeance est un livre qui se dévore froidement   Dim 1 Avr - 19:48

Je suis venu j'ai lu et j'ai bien aimé. Le style indirect libre (je crois que ca s'appelle comme ça, mes cours de français sont très très loin), j'adore, les narrateurs-acteurs j'adore aussi, sans compter que pour une fois, les personnages se décident à agir un peu clown T'es sur la bonne voie ! (enfin si tu veux que j'achète tes livres un jour Wink )

_________________

"-Ushiko-san! Pourquoi es-tu Ushiko-san ?
-Umao-san! Pourquoi es-tu Umao-san ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vengeance est un livre qui se dévore froidement   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vengeance est un livre qui se dévore froidement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nihon Ghetto :: Général :: Créations personnelles cools-
Sauter vers: